Normes de référence pour les chaussures professionnelles : la nouvelle EN ISO 2022

Normes de référence pour les chaussures professionnelles : la nouvelle EN ISO 2022

Normes de référence pour les chaussures professionnelles : la nouvelle EN ISO 2022

Les chaussures de travail sont un accessoire non seulement indispensable à la santé du travailleur, mais également obligatoire. Ce n’est pas pour rien qu’elles entrent dans la catégorie des équipements de protection individuelle (EPI).

En effet, si autrefois les chaussures dites de sécurité n’étaient utilisées que dans les travaux considérés comme les plus difficiles et les plus dangereux, tels que ceux effectués dans les ateliers, les chantiers de construction et les fonderies, aujourd’hui, les chaussures professionnelles sont aux pieds d’innombrables professionnels : des professionnels de la santé aux laboratoires, en passant par les écoles, les entreprises de nettoyage et les centres esthétiques.

Par conséquent, il va de soi combien l’offre de chaussures professionnelles peut être large, où chaque chaussure possède des caractéristiques et des particularités spécifiques répondant aux risques que l’on peut rencontrer sur le lieu de travail et que, malheureusement, malgré l’évaluation préalable et l’adoption de toutes les mesures, il n’est pas possible de remettre à zéro. C’est pourquoi il existe des équipements de protection individuelle ; pour fournir un niveau supplémentaire de protection contre les risques résiduels inévitables.

Mais parmi les nombreuses offres disponibles, comment choisir les chaussures de travail les plus appropriées pour se protéger des risques de son métier ? En connaissant les certifications qui les définissent et en recherchant uniquement et exclusivement des produits portant ces certifications qui, en effet, ont pour fonction d’assurer la qualité et l’aptitude à l’usage des chaussures.

Voyons donc quelles sont ces réglementations et comment elles déterminent la réalisation des chaussures de sécurité.


Normes de référence : certifications et normes de sécurité

Les normes de sécurité à respecter sur tout lieu de travail sont définies par des normes bien précises, les UNI EN ISO, qui présentent des paramètres de référence et des cahiers des charges très stricts, lesquels, aux fins de la délivrance de la certification, sont testés sur le produit par des organismes tiers agréés.

Ces organismes de certification super partes sont chargés de recréer en laboratoire les environnements et les conditionnements adaptés aux tests et d’authentifier les niveaux de protection de la chaussure qui, s’ils sont essentiels, doivent être reportés sur la semelle. On parle généralement de marquage de sécurité.

Outre ces exigences essentielles, il existe également des exigences supplémentaires, obligatoires ou facultatives en fonction du lieu de travail.


Normes de référence : les Organismes chargés

Il existe plusieurs organismes qui légifèrent en matière de normes techniques et de sécurité au travail, mais l’organisation la plus importante au niveau mondial est certainement l’International Organization for Standardization, en français « Organisation internationale de normalisation », abrégée communément en « ISO ».

Les normes établies par cette organisation basée à Genève font référence aux organismes de 164 pays à travers le monde, qui sont tenus d’adapter leurs systèmes de gestion de la qualité à ces normes et de se mettre à jour périodiquement en cas de révision des normes existantes.

Ainsi, lorsqu’un produit est certifié ISO, un niveau de qualité et de sécurité élevé et égal est garanti pour tous les produits certifiés ISO.


Normes de référence actuelles et passées

Avant d’éviscérer les différentes normes et comment celles-ci ont été modifiées, il faut dire que, indépendamment de la certification, les chaussures EPI sont tenues d’avoir certaines caractéristiques et de garantir une certaine performance. Les exigences d’une chaussure peuvent être identifiées plus en détail grâce à la présence de marquages, représentés sous forme de lettres ou de symboles, correspondant chacun(e) à un type de performance différent, par exemple :

-    A : chaussure antistatique

-    E : absorption d’énergie dans la zone du talon

-    P : résistance à la perforation du fond de la chaussure

-    FO : résistance de la semelle aux hydrocarbures

-    SRA, SRB ou SRC : performance antidérapante de la semelle, dans différentes conditions d’utilisation

-    Marquage CE : qui indique la conformité aux règlements communautaires européens sur les produits commercialisés

Pour n’en citer que quelques-uns. Ces marquages permettent d’identifier facilement et rapidement les principales caractéristiques de la chaussure de travail, tout en validant sa sécurité et sa qualité.

Par contre, en ce qui concerne les normes de référence pour les chaussures de travail, il faut dire que, jusqu’en 2022, elles étaient les suivantes :

-    EN ISO 20344:2011 – cette norme établit les essais et les méthodes d’essai des chaussures conçues pour être des EPI, et doit être respectée conjointement avec les normes EN ISO 20346 ou EN ISO 20347 en ce qui concerne les risques spécifiques contre lesquels elles sont testées.

-    EN ISO 20345:2011 – cette norme se réfère aux chaussures de sécurité à usage général, identifiées comme « chaussures de sécurité », et prévoit la protection contre les risques mécaniques, les risques de glissement, les risques thermiques, en plus d’établir la présence de l’embout de protection avec une résistance à 200 joules (égale à l’impact provoqué par un poids de 20 kg qui tombe de la hauteur de 1 mètre).

-    EN ISO 20346:2012 – les chaussures portant ce code sont appelées « chaussures de protection » et ont un embout résistant aux chocs jusqu’à 100 joules.

-    EN ISO 20347:2012 – cette norme correspond à la définition des « chaussures de travail » et ne prévoit pas la présence d’un embout, mais peut être complétée par des fonctions de protection supplémentaires selon les besoins.

L’année 2022 a marqué une mise à jour en la matière. En effet, des mises à jour des exigences et des méthodes d’essai ont été mises en place, ainsi que de nouvelles exigences supplémentaires et de nouveaux marquages.


Contactez-nous pour plus d'informations


Nouvelles normes européennes : mises à jour des exigences et des méthodes d’essai

Les principales mises à jour des exigences ont concerné :

-    Les embouts et les inserts

-    Les embouts et les inserts anti-perforation métalliques doivent désormais être conformes aux normes EN ISO 22568-1/2/3:2019.

-    Les inserts anti-perforation non métalliques doivent être conformes à la nouvelle norme EN ISO 22568-4:2021.

-    La tige en polymère

-    L’exigence a été modifiée, passant de 1,3÷4,6 N/mm2 à ≥1,0 N/mm2. L’exigence pour l’allongement à la rupture ≥250 % reste inchangée.

-    Les chaussures hybrides

-    Un essai de couture supplémentaire a été inséré entre les deux parties (coque et

-    tige supérieure) avec une exigence ≥10 N/mm.

-    Les chaussures électriquement isolantes

-    La référence aux chaussures électriquement isolantes et à la norme harmonisée EN 50321 correspondante a été supprimée.

-    L’épaisseur de la semelle avec cavité

-    Une nouvelle épaisseur a été introduite pour ce type de semelle, la d4, qui prévoit, comme condition essentielle, que la bande de roulement soit supérieure ou égale à 2,0 mm.

-    L’insert anti-perforation

-    Insert non métallique

-    Son épaisseur ne peut maintenant être réduite que dans la zone de la bride de l’embout et, en tout état de cause, à pas plus de 2 mm. Les réductions d’épaisseur en dehors de cette zone ne sont pas autorisées, mais le parage n’est pas considéré comme une réduction d’épaisseur.

-    L’insert anti-perforation métallique

-    peut avoir un maximum de trois trous (d’abord non métallique).


En ce qui concerne les mises à jour des méthodes d’essai, nous avons :

-    La perméabilité à la vapeur et le coefficient (tant pour la tige que pour la doublure)

-    Pour la tige

-    Si un matériau non perméable est présent, il ne doit pas recouvrir une surface supérieure à 25 % ; sont exclus ceux-ci : collier, embout, contreforts et pièces en contact avec la semelle.

-    Une surface inférieure à 10 % de matériaux non perméables est acceptée.

-    Si elle couvre une surface allant jusqu’à 25 %, l’exigence pour les matériaux restants est ≥2,0 mg/(cm2h).

-    Ces changements sont très importants car ils entraîneront nécessairement des changements dans la modélisation.

-    Pour la doublure

-    Si la doublure n’est présente que dans la zone du talon, il n’est pas nécessaire de tester la perméabilité à la vapeur.

-    Si le contrefort n’est pas présent ou s’il est présent mais perforé, la doublure du talon devra également être conforme à la perméabilité à la vapeur et au coefficient.

-    Il n’est pas nécessaire de tester les contreforts sans doublure.

-    Les essais d’abrasion

-    De la semelle intérieure

-    Modification de l’épaisseur finale (à la fin de l’essai) à laquelle doit être la semelle intérieure par rapport à l’original. Énoncé à 66 %.

-    De la semelle

-    À la fin de l’essai, il convient d’indiquer si des trous apparaissent à l’extérieur de la semelle.

-    Autres essais sur les semelles

-    Semelles multicouches

-     Les éprouvettes doivent être obtenues dans l’épaisseur indiquée dans chaque essai, d’un seul matériau si l’épaisseur de la semelle le permet (semelle), ou de deux matériaux (semelle + semelle intermédiaire) si l’épaisseur n’est pas suffisante.

-    Semelles creuses

-     Les éprouvettes doivent être obtenues dans l’épaisseur indiquée dans chaque essai et, si cela n’est pas possible, dans l’épaisseur disponible.

-    Tous les essais de la semelle doivent être effectués sur les matériaux en contact avec le sol lors de l’utilisation de la chaussure, à l’exception de la résistance aux hydrocarbures dans laquelle tous les matériaux visibles de la partie inférieure de la semelle doivent être testés.


Enfin, les modifications ont également porté sur les marquages. À cet égard, nous mentionnons :

-    La résistance à la perforation

-    Pour les chaussures avec insert anti-perforation non métallique, deux essais et marquages différents sont prévus :

-    PL : essai passe/ne passe pas à 1100 N avec clou de tronc conique Ø 4,5 mm. Condition : aucun perçage ne doit se produire dans l’une des quatre mesures. En outre, aucune séparation des couches ne doit se produire lors de tous les essais, par exemple, l’effet rideau.

-    PS : essai avec force maximale de perforation avec clou de tronc conique Ø 3,0 mm. Conditions : la valeur moyenne de la force requise pour perforer le fond doit être ≥1100 N et chaque valeur individuelle doit être ≥950 N.

-    La résistance électrique (C ou A)

-    La dénomination a changé, passant de « chaussure conductrice » à « chaussure partiellement conductrice ».

-    L’imperméabilité dynamique (WR)

-    Cette modification stipule qu’à l’issue de cet essai, il ne doit y avoir aucune pénétration d’eau à l’intérieur de la chaussure. L’imperméabilité doit être totale.

-    La résistance au glissement (SR)

-    Les essais effectués à cet égard ont été modifiés, en introduisant la position de glissement en pointe (avec la chaussure tournée vers l’arrière et inclinée de 7°) et en éliminant la position avec la chaussure en position plate. Cette modification a entraîné un changement de marquage et a divisé les chaussures en trois groupes :

-    les chaussures spéciales, celles sans résistance au glissement et pour lesquelles l’essai n’est pas applicable (non testées), qui portent le marquage ∅ ;

-    les chaussures possédant l’exigence antidérapante de base, qui ne portent pas le marquage ;

-    les chaussures qui remplissent les conditions antidérapantes sur le sol en céramique avec de la glycérine, portant le marquage SR.


Nouvelles normes européennes : nouvelles exigences supplémentaires

Parmi les nouvelles exigences supplémentaires incluses, nous avons :

-    Le couvre-embout (SC)

-    Soumis à l’essai d’abrasion selon la norme ISO 23388:2018 (avec du papier abrasif grain 180), il ne doit pas présenter de trous traversant toute l’épaisseur avant 8 000 cycles.

-    Ladder grip (LG)

-    La partie de la semelle en contact avec la cheville doit répondre aux exigences d’abrasion et avoir les dimensions indiquées sur la page suivante.


Sécurité

  • Chaussures de sécurité S3 et S1P : que signifient ces sigles?

    Chaussures de sécurité S3 et S1P : que signifient ces sigles?

    VOIR
  • Chaussures de sécurité légères : les nouveautés de Reposa

    Chaussures de sécurité légères : les nouveautés de Reposa

    VOIR
  • Chaussures de sécurité imperméables : modèles résistants à l’eau

    Chaussures de sécurité imperméables : modèles résistants à l’eau

    VOIR
  • Chaussures de sécurité pour femme : les modèles recommandés

    Chaussures de sécurité pour femme : les modèles recommandés

    VOIR
  • Comment choisir des chaussures de sécurité

    Comment choisir des chaussures de sécurité

    VOIR
  • Quels sabots plastique choisir

    Quels sabots plastique choisir

    VOIR
  • Comment choisir la meilleure chaussure antidérapante

    Comment choisir la meilleure chaussure antidérapante

    VOIR
  • Les meilleures chaussures de securité confortable

    Les meilleures chaussures de securité confortable

    VOIR
  • Pourquoi il est important d’avoir une chaussure de sécurité légère?

    Pourquoi il est important d’avoir une chaussure de sécurité légère?

    VOIR
  • Reposa Safe: le sabot avec la pointe renforcée contre les risques de choc et d’écrasement

    Reposa Safe: le sabot avec la pointe renforcée contre les risques de choc et d’écrasement

    VOIR
  • EPI et DM, quelle est la différence?

    EPI et DM, quelle est la différence?

    VOIR
  • Risque électrique sur le lieu de travail: Antistatique et ESD ( Décharge électrostatique )

    Risque électrique sur le lieu de travail: Antistatique et ESD ( Décharge électrostatique )

    VOIR
logo Reposa

Reposa est la marque commerciale de Giannoni Group srl, une entreprise spécialisée depuis plus de 30 ans dans le moulage par injection de matières plastiques pour la production de sabots sanitaires professionnels.

Privacy policy - Cookie policy

P.iva 05516150488

Giannoni Group Srl

via 8 Marzo n.14
Zona Industriale Terrafino
50053 Empoli (FI) - Italia

Tel. +39 0571 83425